L’avenir du jardinage collectif (Google / Progrès Villeray)

Lu au site : Alerte Google – jardinage
http://www.leprogresvilleray.com/article-202098-Journee-de-reflexion-sur-lavenir-du-jardinage-collectif.html

Journée de réflexion sur l’avenir du jardinage collectif

Plus de 125 personnes venant des quatre coins de la province ont convergé vers le centre Lajeunesse, le 28 mars, pour prendre part à une journée de réflexion sur l’avenir du jardinage collectif. Cette journée était organisée par le Regroupement des Jardins collectifs du Québec, lequel a été fondé en août 2007. Au Québec, les premiers jardins collectifs ont été mis sur pied par des organismes oeuvrant dans le domaine de la sécurité alimentaire. Il s’est développé depuis 1992 une trentaine de réseaux de jardins collectifs, dont celui de la Maison de quartier Villeray. Actuellement, plus de 3000 jardiniers participent aux activités des jardins collectifs. Ils cultivent une superficie de 40 000 mètres carrés. Les jardins collectifs ont d’abord une mission sociale. Ils veulent favoriser l’autonomie alimentaire et la santé des communautés locales, encourager l’intégration et l’épanouissement des personnes en situation de pauvreté, s’approprier les espaces verts en milieu urbain en respect avec l’environnement. On estime à environ 20 000 le nombre de personnes touchées directement par les divers projets.

La journée a permis aux participants d’assister à des conférences et de prendre part à des ateliers. Ils ont eu l’occasion de faire connaissance et de partager leurs expériences. Les conférenciers étaient Joseph Nars, chercheur de Toronto, Éric Duchemin, de l’Institut des sciences de l’environnement, Matha Stiegman, Julie Lamontagne, Ismael Hautecoeur et Sanou Issakia, agronome à la Maison de quartier Villeray.

Comment maintenir et développer le jardinage collectif dans les villes et villages du Québec ? Quels rôles le jardinage collectif peut-il jouer pour favoriser des villes et villages en santé dans un contexte d’appauvrissement des populations et de détérioration environnementale ? Plusieurs questions ont fait l’objet d’échanges durant cette journée.

(continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s