Les guerrilleros du jardinage (Google / Metro France)

Lu au site : Alerte Google – jardinage

http://www.metrofrance.com/x/metro/2008/07/08/XEXLXhbR7G1fE/index.xml

08-07-2008 18:16 Alexandra Bogaert

Les guerrilleros du jardinage

Un amateur de verdure en ville a lancé un mouvement international de fleurissement sauvage des espaces publics.

Attention, ils sont armés et agissent de nuit. Si ça se trouve, ils sont déjà venus dans votre voisinage. Vous n’avez rien remarqué ? Ces mauvaises herbes arrachées, ces lopins à la terre retournée, ces graines semées, ces arbustes plantés, ces fleurs en train de pousser… Si si, ouvrez donc les yeux sur ce rond-point naguère laissé à l’abandon, sur ce bac à fleurs depuis longtemps réservé aux chiens qui y lèvent la patte, sur cet arbre au pied hier encore bien trop herbeux… Les voilà transformés en jardin !

Front horticole
Les auteurs de cette transformation fleurissante sont des activistes d’un nouveau genre : ils s’auto-désignent comme des guerrilleros jardiniers ou plutôt, pour reprendre le nom officiel de ce front horticole, la « guerrilla gardening ». A l’origine de ce mouvement créé voilà quatre ans : Richard Reynolds, 30 ans. A l’époque, cet employé de bureau, a dû quitter sa verte campagne anglaise pour s’installer dans une Londres bien trop bétonnée à son goût.
Les touffes de mauvaises herbes qui prospèrent dans les lieux publics lui hérissent les poils. Alors, pour embellir l’espace et remettre un peu de verdure colorée dans la capitale, il s’arme d’une pelle, d’une binette, d’un arrosoir, de gants, de graines, de plantes en pot…et commence à bêcher. Le pied de son immeuble d’abord, mini jungle fleurie aujourd’hui.

Puis il crée un blog, dans lequel il liste ses projets (le dernier en date : il a planté des graines de tournesol devant le parlement anglais), donne des conseils pour se fournir en matériel, plantes et graines, explique la procédure à suivre pour ne pas se faire remarquer de la police (toucher à un lieu public est interdit, même s’il s’agit de le rendre plus agréable)… Ce « flower power » revisité a vite fait le tour de la toile, et des émules. A Londres d’abord, où de petites grappes de jardiniers traversent les rues la nuit. D’autres actions ont germé dans les esprits écolos aux quatre coins du Royaume-Uni, avant d’être disséminées aux Etats-Unis, en Australie, en Suisse, en Allemagne, en Espagne, en Belgique et en France.

Germination à la française
A Bordeaux par exemple, un groupe de planteurs sauvages de tournesol s’est constitué. (continue)

Publié par

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.